Canet d'Aude: la coopérative au centre des enjeux du territoire.
Sur l’aire d’apport de la coopérative de Canet d’Aude, 100 hectares de friches vont être remis en culture, des pratiques culturales respectueuses de l’environnement sont adoptées pour protéger un captage d’eau potable. Les agriculteurs trouvent désormais des terres pour s’installer ou se consolider...

Dominique Béziat
« Nous cultivons 1350 ha de vignes et la production de notre coopérative est de l’ordre de 120 000hl. Nous représentons un enjeu fort pour l’économie de notre territoire, pourtant il y a trois ans après avoir étudié la population de nos coopérateurs, nous avons constaté que près de la moitié d’entre eux avaient plus de 55 ans et qu’à terme cela pouvait représenter une perte de potentiel de production de plusieurs dizaines de milliers d’hectolitres pour notre coopérative, il fallait réagir très vite » témoigne Gérard VIDAL, le Directeur de la coopérative.

Les responsables prennent attache avec la Chambre d’agriculture de l’Aude et la Safer Languedoc-Roussillon, un plan d’action est mis en place. L’objectif est de repérer les parcelles disponibles et les repreneurs potentiels. Plusieurs forums d’échange se déroulent à la coopérative pour mettre en relation les vendeurs et les acquéreurs. Cette animation du territoire est mise en œuvre avec le concours de financements publics, département de l’Aude, Région Languedoc Roussillon.

En parallèle, l’agence de l’eau finance des mesures pour mettre en œuvre des pratiques culturales qui permettront la protection d’un captage d’eau potable sur un périmètre de 500 ha.

Pourtant, plus de cent hectares de friches sont repérés sur l’aire d’apport de la coopérative, la Safer prend les choses en main pour tenter d’acquérir auprès d’un mandataire judiciaire un premier lot de 50 hectares. Après trois ans de négociations, l’acquisition peut avoir lieu. La coopérative se porte garante de la bonne fin de l’opération. La Safer LR attribue à plus de vingt agriculteurs le foncier récupéré permettant ainsi le regroupement d’îlots fonciers et l’installation d’un jeune agriculteur.

« Nous sommes parvenu à installer ce jeune, grâce au travail préparatoire fait en amont, il fallait un équilibre entre restructuration foncière et installation d’un nouvel agriculteur. Ceux qui se sont désistés pour permettre cette installation sont les meilleurs exemples de l’esprit d’initiative et de l’abnégation nécessaires à toute démarche collective » précise Marc VERA, le Président de la coopérative.

Les responsables professionnels locaux, appuyés par les élus communaux vont au bout de leur démarche. Avec l’appui du Conseil départemental de l’Aude et de la DDTM une procédure de « terres incultes et manifestement sous exploitée » est lancée, l’objectif est de récupérer les dernières friches présentes sur le territoire au profit des exploitants locaux.

Dominique BEZIAT, Président du comité de petite région du Narbonnais conclu, « A Canet d’Aude, la coopérative a pris en main son avenir, avec l’appui de la Safer et de la Chambre d’agriculture, elle travaille non seulement pour sa pérennité mais aussi pour dynamiser l’ensemble du territoire ».